Rejoignez nous
Rejoignez nous
Rejoignez nous
Rejoignez nous
Accueil du site > Grasse & la parfumerie > SECRETS DE FABRICATION

SECRETS DE FABRICATION

1. L’EXTRACTION DES HUILES ESSENTIELLES

Un parfum est composé de matières naturelles et/ou de matières synthétiques. Pour extraire les huiles essentielles des matières naturelles, il y a plusieurs méthodes :

La distillation directe (issue de la méthode utilisée en Egypte antique) : la matière première (fleur, épice, bois, herbe) est déposée dans un alambic avec de l’eau et portée à ébullition. La vapeur d’eau transporte l’essence dans un condensateur et dans un séparateur.

La distillation à la vapeur, plus moderne, consiste à diffuser la vapeur à travers la matière première.

La distillation sous vide, dans un distillateur hermétique, par réduction de la pression d’air.

L’expression pour les agrumes, c’est l’extraction de l’essence contenue dans l’écorce des fruits, ce processus se réalisait autrefois à la main, et désormais par centrifugeuse.

L’enfleurage consiste à déposer des pétales de fleurs (comme les roses) dans des bains de graisse animale ou d’huile végétale , les laisser macérer, puis les jeter. En répétant l’opération plusieurs fois, la graisse accumule l’arôme des fleurs. Les graisses sont ensuite lavées avec de l’alcool , et une fois l’alcool évaporé on obtient la concrète puis l’ absolu. L’enfleurage se réalise à chaud (les roses) ou à froid (le jasmin, la tubéreuse) selon les fleurs travaillées.

La macération dans l’alcool est utilisée pour les essences animales : ambre, civette et castoréum.

L’extraction par solvants volatils comme l’éther de pétrole ou l’hexane tend à remplacer aujourd’hui des procédés longs et couteux comme l’enfleurage et la distillation.

Pour extraire 1 kg d’huile essentielle, il faut par exemple 200 kg de lavande ou 3 tonnes de pétales de roses.

2. LES PARFUMS DE SYNTHÈSE

Le développement de la chimie organique à la fin du XIXe siècle a beaucoup apporté à la parfumerie. Tout d’abord sous forme de reconstitution (compositions synthétiques d’essences de rose, de jasmin…) pour remplacer les essences naturelles dont la production est irrégulière et coûteuse. Les synthétiques constituent également une formidable alternative pour la création. C’est ainsi que de nouvelles matières ont révolutionné la parfumerie : les aldéhydes, l’hédione, pour n’en citer que quelques uns. Si certaines matières ne peuvent être extraites naturellement (comme l’odeur du muguet par exemple, qui n’existe que chimiquement), on n’arrive pas à reproduire chimiquement certaines senteurs comme le patchouli. Aujourd’hui se sont plus de 2000 produits synthétiques qui sont utilisés en parfumerie.

3. LE CONCENTRÉ

JPEG - 4.1 ko

Les laboratoires ou maisons de composition développent donc les formules de parfums à partir de substances naturelles et synthétiques. Une formule peut contenir une dizaine de substances différentes quand d’autres en contiennent des centaines ! De façon générale une formule contient entre 50 et 90% de matières synthétiques. Les marques achètent aux maisons de composition la matière première du parfum qui est le concentré (la formule du parfum). Ce concentré est ensuite dilué dans de l’alcool et/ou de l’eau, suivant le pourcentage désiré. Vient ensuite la macération qui va permettre la stabilisation de la formule, (cette dernière dure aujourd’hui en moyenne un mois). Enfin le produit est malaxé, réfrigéré et filtré pour éliminer les résidus éventuels. Le parfum est ensuite prêt pour le conditionnement.

4. LE CONDITIONNEMENT

Le parfum est mis en bouteille dans un flacon parfois sérigraphié ou gravé, il est bouché ou mis sous vide s’il s’agit d’un vaporisateur. On procède enfin à l’étiquetage s’il y a lieu, puis la mise en carton et le stockage se réalise dans des entrepôts à température ambiante.